Le billet Tour du Monde : Pourquoi ne pas le prendre ?

L’une des premières interrogations lorsque l’on décide de partir faire un Tour du Monde est la fameuse question des billets d’avion. Car oui, à moins que vous ne soyez originaux dans vos déplacements, vous ne devriez pas échapper aux nombreux vols nécessaires pour parcourir le globe. Et malheureusement pour vous, un petit calcul vous fera rapidement comprendre que les billets d’avions représentent un certain budget…Dans cet article, on vous raconte pourquoi nous avons choisi de ne pas prendre le “billet tour du monde” tant plébiscité afin d’économiser un peu (beaucoup) d’argent. Explications. 

Ne pas prendre le billet tour du monde

Les billets "Tour du monde" : késako ?

Les billets Tour du Monde ont été créés par des alliances de compagnies aériennes afin de faciliter et regrouper au sein d’une même plateforme l’ensemble des vos vols à un prix (censé être) intéressant. Surtout, l’avantage de cette solution est la possibilité de modifier sans frais vos dates de vols, garantissant une certaine flexibilité.

Qui propose des billets Tour du Monde ?

Il existe 3 principales alliances concurrentes :

  • Star Alliance, qui regroupe 26 compagnies
  • Sky Team, qui en regroupe 20
  • One World, qui en possède lui 15

*Emirates a lui aussi créé son propre billet tour du Monde, mais les choix de destination sont trop restreints pour qu’on le comptabilise en tant que véritable option.

Le fonctionnement général est similaire entre ces 3 entités, et comprend deux principales variables :

  • la distance cumulée de votre voyage, avec 4 paliers allant de 26.000 à 39.000 miles maximum*, pour des prix théoriques allant de 2000€ à 4000€ environ.
  • Le nombre de « segments » (ou de « coupons » suivant les alliances) de votre voyage. On considère un segment comme étant le déplacement d’un point A à un point à un point B. Vous ne pouvez pas dépasser 16 segments.

*soit de 41.850 à 62.750 kilomètres environ

Mais pourquoi donc ne pas prendre un billet Tour du Monde ?

Si cette solution peut sembler alléchante au premier abord, voici les nombreuses restrictions qu’elle comprend :

1 – En prenant le billet tour du monde, vous êtes tenus de voyager d’un continent à un autre dans la même direction

Si cela peut sembler évident pour certains, d’autres souhaiteront être plus flexibles et se sentiront dès le début bloqués par cette contrainte. Dans notre cas, qui souhaitions revenir quelques semaines en France à mi-parcours. Impossible donc de donner suite à notre requête avec le billet Tour du Monde.

Dans la même idée, vous devez vous contraindre de voyager exactement une fois au-dessus de l’Océan Atlantique et une fois au-dessus du Pacifique. Ni plus, ni moins !

2 –La distance cumulée de votre voyage inclut aussi vos déplacements terrestres !​

Et oui, ne comptez pas sur le billet Tour du Monde pour comptabiliser uniquement les distances parcourues en vol. Lors de vos escales sur un continent, les distances que vous parcourrez par vos propres moyens entre deux aéroports seront comptées. Une arrivée en Amérique du Sud à Buenos Aires et un départ de Bogota ? Très bien, mais vous sacrifierez 2.900 miles. Euh… on se fait pas un peu de beurre sur votre dos là ? 🙂

Billet tour du monde interface alliance

3 – Les paliers sont (très) facilement atteints...

Vous avez remarqué qu’une distance cumulée de votre voyage inférieure à 26000 miles (41.850 km) vous permettrait de vous offrir un billet à 2.000 € ? Sachez que la Terre a une circonférence de 40.000 km. Vous avez donc moins de 2.000 km de marge pour rester dans cette fourchette. Une seule solution : faire des trajets « quasi-rectilignes » dans une seule direction. Et dire adieu aux arrivées/départs depuis des aéroports différents au sein d’un même continent, et donc se priver d’au moins 1 ou 2 continents.

Lors de notre test, voici l’une des rares solutions qui fonctionne sous ce palier de 26.000 miles :

Billet tour du monde interface alliance

Paris – Bangkok – Sydney – Auckland – Buenos Aires – Paris : uniquement 5 vols et 5 segments pour 25.189 miles…un tracé direct, sans escale et avec un unique point de chute par continent, en se passant de l’Amérique du Nord et de l’Afrique

4 – Le nombre de segments est très limité

Pour rappel, vous avez droit à un maximum de 16 segments. À première vue, cela semble être assez large. Hors ce total de segments est confronté à deux choses :

  • D’une part, comme pour le nombre total de miles, un segment est décompté que vous preniez un vol ou que vous voyagiez par vos propres moyens d’un point à un autre. 
  • D’autre part, les escales sont comptabilisées comme des segments ! Si vous souhaitez par exemple rejoindre Paris à Ho Chi Minh, sachez que cela vous coutera déjà 2 à 3 segments en fonction du nombre d’escales

Autant vous dire que vous arriverez très facilement au plafond de 16 segments. Vous devrez donc commencer à faire des choix entre les escales. A titre d’exemple, notre itinéraire initial souhaité comprend 37 segments selon les critères des alliances… plus du double de la limite autorisée !

5 – L’offre n’est pas si exhaustive et n’est pas soumise à la concurrence

Star Alliance, la plus importante alliance en nombre, regroupe 26 compagnies aériennes (à titre de comparaison, l’AITA recense 249 compagnies aériennes en 2007…soit 10 fois plus). Si Star Alliance dessert théoriquement 1300 aéroports, plusieurs des connexions souhaitées n’ont pas été trouvées lors de notre recherche, notamment en Asie et en Amérique du Sud. Parfois même, elles étaient invisibles pour des trajets entre hubs importants (Kuala Lumpur-Christchurch) ou entre villes proches (Darwin-Bali).

Surtout, étant donné que l’alliance est constituée de compagnies non-concurrentes mais plutôt complémentaires, vous serez dirigés directement vers l’unique option locale en fonction du pays dans lequel vous êtes. Par exemple, United Airlines aux USA, Air New Zealand en Nouvelle-Zélande, Thai Airways International en Thaïlande… Exit donc les dizaines d’autres possibilités !

6 – Les alliances n’intègrent pas (ou presque) de compagnies low-cost

Le low-cost, le rêve de l’étudiant fauché qui peut désormais voyager de Mulhouse à Rome pour moins de 10€. Même chose pour le billet Tour du Monde ? Et non, les alliances concernent quasi exclusivement de grandes compagnies (inter)nationales. Si la qualité sera assurément au rendez-vous, ne comptez cependant pas dessus pour obtenir des prix cassés sur vos trajets. Dommage ! 

7 – Les prix indiqués ne comprennent pas les taxes !

Mauvaise nouvelle lorsque votre devis final arrive, les taxes cumulées viennent gonfler votre note de +25% à +40%! (constaté sur les 3 alliances). Notre test précédent avec 5 vols pour moins de 26.000 miles initialement à moins de 2.200€ vous coûtera finalement 3.000€ ! Fallait le dire avant…

ajout des taxes billet tour du monde

8 - Mais aussi :

  • Les voyages à l’intérieur même d’un continent sont soumis à restrictions en fonction des alliances (pas de possibilité de départs 2 fois dans la même ville, nombre de segments limités par continent, …)
  • De nombreux aéroports plus petits mais situés dans des lieux touristiques restent introuvables chez certaines alliances (Chiang Rai en Thaïlande, Iguaçu au Brésil, Ushuaia en Argentine, Darwin et Alice Springs en Australie, …)
  • Etant donné que les vols proposés se font uniquement grâce aux dessertes des compagnies partenaires, de nombreuses liaisons directes proposées par d’autres compagnies ne sont ici pas présentes, et remplacées par défaut par des vols à plusieurs escales… vous comptabilisant donc plusieurs segments ! Merci les gars ! 
  • Vous pouvez changer les dates de vos vols, mais pas les destinations ! En effet, toutes les destinations comprises dans votre itinéraire doivent être spécifiées à l’achat. Flexibilité ? Hum, oui mais pas trop…

En conclusion ?

Le billet unique Tour du Monde n’est pas une solution si flexible qu’elle n’y parait. Il doit avant tout s’inscrire dans un cadre bien délimité (nombre de segments limités, distance de voyage limitée, itinéraire confirmé avant l’achat, …). Surtout, le billet Tour du Monde est une solution chère comparée à ce que vous pourriez trouver seuls en vous débrouillant un peu. Nous ne sommes pas dogmatiques et n’avons rien contre ces fameux billets, mais on se dit qu’il est important de vous apporter un autre regard. Après, c’est à vous de voir 🙂

Toujours pas convaincus ?

Nous avons réalisé une simulation de notre Tour du Monde en rentrant dans le cadre précis du règlement Star Alliance, nous obligeant à revoir assez drastiquement nos plans, et en réduisant nettement le nombre de vols et de segments. On précise que les résultats ont été similaires avec les autres alliances.

Bilan : Star Alliance nous propose un devis à 4301€ par personne comprenant 7 vols et 5 déplacements terrestres (soit 16 segments, la limite maximum) pour un total de 35.800 miles (39.000 max.) 

Prix total d'un billet tour du monde avec Star Alliance

En faisant le choix de réserver chaque billet par nos propres moyens, nous avons aujourd’hui réservé 16 vols (pour un équivalent de 26 segments et 36500 miles), le tout pour 2220€ ! Autrement-dit, pour une distance cumulée équivalente, nous avons réservé plus de 2 fois plus de vols et avons pu nous permettre l’ajout de 10 segments, le tout en payant 2 fois moins cher… Comment ? Peut-être pourriez-vous être intéressé par l’article sur les meilleurs outils pour trouver vos vols au meilleur prix.

Et les agences spécialisées dans tout ça ?

Nous n’avons pas évoqué les agences spécialisées telles que Zip world et Travel Nation car nous ne connaissons pas bien leur fonctionnement. Néanmoins et après plusieurs devis chez chacun d’entre eux, nous n’avons franchement pas eu des prix intéressants, et plus ou moins égaux aux fameux billets tour du monde proposés par les 3 alliances mentionnées plus haut. 

Épingler cet article sur Pinterest

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

ARTICLES SIMILAIRES

Fermer le menu